Comment interpréter le tarot de Marseille et ses méthodes de tirage ?

Le tarot dit « de Marseille » désigne un ensemble de cartes à couleurs « latines » avec des allégories médiévales et renaissance bien reconnaissables sur les atouts.

Depuis la fin du XVIIIème siècle, il est associé à la « Taromancie ».

Son appellation ne se rencontre pas avant 1859 sous la plume de Romain Merlin.

Elle est utilisée ensuite par Papus qui présente, dans Le Tarot des Bohémiens (1889), au chapitre IX, les diverses formes du tarot.

« Le Tarot italien, celui de Besançon, celui de Marseille sont les meilleurs sans contredit que nous possédions aujourd’hui ». 

Puis elle est popularisée à partir de 1930 par Paul Marteau qui choisit d’intituler un tarot destiné au marché de la cartomancie Ancien Tarot de Marseille.

L’expression « tarot de Marseille » désigne dans son acception plus restreinte un type graphique de jeux de tarot bien particulier, version francisée d’un modèle italien (sans doute milanais).

Le tarot est probablement né à Lyon au XVIème siècle et répandu ensuite dans les zones françaises où étaient produits les Tarots.

Le type dit « tarot belge à couleurs latines » (ou « Rouen-Bruxelles ») a coexisté en France (avant de passer en Belgique) au XVIIIème siècle. 

Le « Tarot bruxellois », indiqué par une source allemande de 1772, désigne les tarots à couleurs françaises faits à Bruxelles.

Le tarot n’est pas né à Marseille, où l’on ne fabrique des cartes à jouer que depuis 1630.

Source Wikipédia.

 

 

Pour de plus amples renseignements, voir les sujets ci dessous :

Les cartes majeures

Les cartes mineures

Methode de tirage

Fermer le menu